A view from the cliffs of Lake Temiskaming
Le printemps dans le tour du lac Témiscamingue

Qui dit printemps, dit température plus clémente, fonte des neiges, journées plus longues, soleil, chaleur, sève qui monte dans les arbres, et bien sûr, sirop d’érable.

En effet, un des plus beaux cadeaux que nous apporte le printemps est sans contredit le sirop d’érable. Le Temiskaming regorge de cette richesse grâce aux nombreuses érablières qui entourent le lac. Les produits dérivés de l’érable sont abondants dans la région et on les retrouve sous toutes leurs formes : sève, sirop, tire, sucre granulé, liqueur, bonbon et bien entendu, beurre d’érable. En visitant une ou l’autre des érablières du Temiskaming ontarien et québécois, on a l’occasion de savourer, dans leur forme la plus pure, tous ces produits. En plus, on peut aussi voir toutes les étapes menant de la sève au produit final. Plusieurs érablières se retrouvent dans la région.

Du côté québécois

À Laniel, l’érablière Lapierre peut accueillir 120 personnes. Ouverte du 10 mars au 6 mai, on y sert des repas complets. On y vend aussi des produits de l’érable et on peut y déguster de la tire sur neige. Afin de s’assurer une place, les groupes sont priés de faire des réservations à l’avance. Si on veut prendre un verre lors de la visite, il est permis d’apporter sa propre boisson. L’érablière Lapierre est membre de l’UPA (Union des producteurs agricoles)

L’érablière Au p’tit Calin:

À Fugèreville, l’érablière de Gilles Girard et Françoise Trudel était à ses débuts une petite érablière familiale de 1 500 entailles. Au fil du temps, grâce à l’excellence des repas qu’on y sert au temps des sucres, la renommée de l’établissement s’est accrue et en 2010, les propriétaires ont décidé d’agrandir leur entreprise. Avec une salle de réception de 80 places, l’établissement est maintenant ouvert à l’année. La période des sucres s’étend habituellement du début mars à la fin avril. Pendant la saison estivale, les propriétaires offrent un service de méchoui. Pour ajouter du piquant à leur entreprise, les propriétaires ont développé la production de sirop de bouleau. Rareté au Québec et ailleurs, ce sirop est utilisé en haute cuisine comme substitut au vinaigre balsamique. Pour réservations : 1-819-629-6503. C’est un rendez-vous!

Il est également possible de vivre l'ambiance de la cabane à sucre dans certains restaurants. Le Bistro Eugène à Ville-Marie et la table champêtre de l'Eden Rouge à St-Bruno-de-Guigues adaptent leur menu pour l'occasion.

Du côté ontarien

Du côté ontarien, c’est dans la région de Powassan que l’on retrouve le plus grand nombre d’érablières.

Depuis presque 20 ans, la communauté organise un festival du sirop d’érable. Celui-ci a lieu vers la fin de la saison des sucres. Tous les producteurs de sirop d’érable de la région sont invités à y participer. En plus des activités traditionnelles du temps des sucres, le festival se déroule autour d’une gamme impressionnante d’activités pour enfants et pour adultes dans une ambiance de fête où la musique est au rendez-vous.

Retour des oiseaux migrateurs

Du côté ontarien

Le « Hilliardton Marsh » :

Pour les amateurs d’ornithologie, le marais de Hilliardton est l’endroit rêvé pour découvrir, dans un habitat naturel, plus de 600 espèces d’oiseaux. C’est au printemps, avec le retour des oiseaux migrateurs que le spectacle est le plus grandiose. Il est intéressant de voir comment on fait la capture et le baguage des oiseaux et comment on tient les statistiques pour chacune des espèces rencontrées. L’endroit est une classe ouverte où les élèves des écoles élémentaires et secondaires ainsi que le public en général peuvent découvrir la richesse sous-estimée des milieux humides.

Du côté québécois

Le centre d’interprétation Becs et Jardins :

Au sud de la municipalité de Nédelec, le Centre d’interprétation Becs et Jardins est un lieu d’apprentissage dans un milieu écologique vivant. De nombreuses activités éducatives sur l’environnement y sont offertes. On y découvre des jardins potagers, des jardins de plants, des serres de production et un site de compostage dans un aménagement magnifique où plusieurs espèces d’oiseaux viennent s’alimenter. Le centre est également un milieu d’insertion social pour une clientèle souvent délaissée en raison de problèmes personnels. Toujours à l’affût de nouvelles initiatives, le centre continue de progresser et de nombreux projets sont en développement.

Le marais Laperrière :

Surtout reconnu pour ses sentiers, le marais Laperrière est également un centre d’interprétation de la nature. Avec ses passerelles, sa tour d’observation et ses nichoirs, c’est l’endroit idéal pour observer la flore et la faune des milieux humides. Un grand nombre d’oiseaux et plusieurs animaux y ont été répertoriés.

Autres activités printanières :

Fête frayante de Rémigny :

Avec le printemps, tout renaît, et l’instinct de reproduction se fait sentir chez plusieurs espèces. À Rémigny, en mai, c’est le temps de la fraie pour le doré jaune qui devient la principale attraction. Ceux-ci se retrouvent par milliers dans les rapides du village. La fête organisée autour de l’évènement permet aux résidents et aux visiteurs d’observer le phénomène.

Rigolade du printemps:

Avide de sensation forte? Rendez-vous à Laverlochère l'avant fin de semaine de mai pour la Rigolade du printemps. À l'horaire, des courses de stock car le jour et des spectacles musicaux en soirée.

Le festival de poésie de Cobalt :

À la fin avril, se tient du côté ontarien, le Festival de poésie de Cobalt. Poètes de renom ou poètes en herbe, chacun, chacune y va de son inspiration et à l’occasion, lors du festival, de faire valoir ses talents sur la place publique. Ce festival annuel rend hommage au docteur William Drummond, poète célèbre et médecin venu à Cobalt durant la ruée vers l’argent. Des participants de partout au Canada participent à ce concours et d’année en année, l’événement prend de l’ampleur.

Tour du lac Témiscamingue